Roadtrip en Écosse #1 : Loch Lomond, Oban & Isle of Mull

Lorsque l’on terminait notre précédent voyage sur les routes du Québec en septembre dernier, on avait déjà la tête ailleurs, grisés par l’expérience du roadtrip et par toutes les découvertes que l’on a pu y faire. Quel serait le prochain ? Je parlais depuis un bout de temps d’aller en Écosse, toujours beaucoup plus attirée par les pays un peu froids et venteux que par les destinations chaudes (par chance, mon copain a les mêmes goûts !), alors on y a réfléchi un peu. L’Écosse ce n’est pas loin, pas de problème de décalage horaire nécessitant d’y rester un certain temps… parfait, l’Écosse, ce sera pour le printemps 2018 ! C’est donc près de 7 mois plus tard que l’on s’est envolé pour Edimbourg, le 24 avril 2018, un programme bien ficelé en poche avec toutes les étapes prévues qui ne demandaient plus qu’à être découvertes par nos yeux neufs.

De la même manière que pour notre précédent voyage, c’est donc en plusieurs articles que je vais vous raconter ce qu’on y a vu, en vous donnant nos astuces, les liens des logements où l’on a dormi et une idée globale du coût de notre voyage. On devait y rester du 24 avril au 3 mai, on a finalement écourté d’une demi journée en reprenant un vol retour le 2 mai pour ne pas risquer de rester bloqués en Écosse en raison des grèves (tout comme on a passé 2 jours à Paris avant pour être sur place et avoir notre avion sans stress, c’est là tout l’avantage du calendrier des grèves qui nous permet de nous organiser plus facilement). On est passé par Air France en achetant nos billets 3 mois à l’avance, c’était le meilleur deal trouvé entre tous les vols proposés par EasyJet/Ryan Air/Hop! (Air France) en partant depuis Charles de Gaulle. De notre côté, cela nous a coûté un peu plus de 320€ au total pour nos deux allers-retours (on a ensuite rajouté en plus des bagages en soute !). N’hésitez pas à comparer et à vous y prendre suffisamment en avance pour économiser sur ce point là !

D’Édimbourg à l’Île de Mull

Loch Lomond

 

 

Après avoir récupéré notre voiture à l’aéroport d’Edimbourg (je vous donne quelques informations à ce propos en fin d’article), c’est en direction du Loch Lomond que l’on a filé parcourir nos premiers kilomètres écossais, pour atteindre notre première étape. À chaque début de voyage, il y a toujours l’émerveillement de découvrir de nouveaux paysages inconnus, de nouvelles teintes, des contrastes un peu différents des nôtres. Et ici, quel plaisir : nous n’étions pas encore enfoncé dans la campagne Écossaise que ce pays là nous plaisait déjà, beaucoup. Les petites routes, les bordures fleuries de mille jonquilles, les jolies barrières de bois et les premiers moutons… et puis la lumière. Les premières gouttes de pluie, les gros nuages, les percées de soleil. Vous le verrez dans les photos de tous les articles à venir, la lumière est magique en Écosse, et quel bonheur pour moi que de la photographier !

Notre premier Bed & Breakfast s’appelle le Golberry Cottage*, un petit cottage situé au bord du Loch Long à Arrochar, non loin du Loch Lomond. Quel calme pour cette première nuit, les hôtes sont adorables et les jolis R roulés de cet accent si particulier nous rappellent à chaque instant que l’on est bien en Écosse. Le soir, c’est en face du cottage, dans le restaurant de l’hôtel du Village Inn réservé pour nous par notre hôte que l’on ira se réchauffer autour d’un fameux Macaroni & Cheese et d’une bonne pinte (de cidre pour moi, j’adore le cidre britannique !).

Au réveil, la pluie tape aux carreaux et les vitres se sont recouvertes de buées tant il fait froid en ce matin de début de printemps. La lumière semble déjà si belle dehors que l’on s’empresse de s’habiller pour aller déguster notre premier petit déjeuner écossais en ne quittant pas du regard le Loch Long qui s’étend devant nous. Les hauts reliefs qui l’entourent sont parsemés de tâches de lumières tandis que les nuages changent constamment de forme et d’opacité. J’ai parfois un peu de mal à entrer dans les vacances. Pas là, tout est calme, paisible et le silence du nord du Royaume-Uni appelle à profiter. Une nuit seulement et nous quittons Mandy et James, nos adorables hôtes et leur accent chaleureux, et la région du Loch Lomond, paisible et déjà si grande. Pour cette première vraie journée, nous reprenons la route sous des trombes d’eau en direction d’Oban et de l’île de Mull qui lui fait face. Je crois n’avoir jamais autant aimé la pluie qu’en Écosse et je vous en reparlerai lors de mon second article : elle donne au pays un air mystique très singulier et l’enveloppe d’une ambiance qui donne envie d’une grande tasse de thé brûlante enveloppé dans une large pièce de Tartan.

Oban & l’Île de Mull

Oban n’a été qu’une toute petite étape : depuis ses hauteurs la vue est superbe, mais elle nous a semblé être une ville portuaire qui bien que jolie de par ses petites ruelles qui monte, ne nous a pas complètement charmé. Je crois que c’est ce genre de ville qu’il faut parcourir en détails pour la connaître et l’aimer. Mais nous n’étions pas là principalement pour Oban mais pour prendre le ferry qui en part pour rejoindre l’île de Mull, juste en face. Il ne faut qu’une trentaine de minutes pour passer d’Oban à l’île, et en même temps admirer la côte qui s’approche doucement et se découpe de plus en plus précisément, surmontée ce jour là de lourds nuages sur les reliefs les plus hauts.

Pour une voiture et deux passagers, il faut compter une quarantaine de livres, cela reste assez coûteux donc prévoyez d’y rester une journée entière, voire une nuit si vous souhaitez la découvrir dans son entièreté. Peu habitués encore au temps de route (les distances en Écosse sont très courtes mais trompeuses, ainsi vous mettrez parfois près d’une petite heure pour parcourir 25km), nous sommes arrivés en fin de matinée à Oban pour prendre le ferry, nous n’avons donc eu qu’une assez courte demi-journée pour la parcourir et avons fait le choix de ne voir que la côte nord pour ne pas risquer de nous retrouvés bloquer sur l’île (il y a très peu de place sur chaque ferry pour les voitures et il faut réserver en amont pour pouvoir y embarquer). Qu’à cela ne tienne, nous aurons bien l’occasion d’y revenir.

Pour connaître les horaires et tarifs du ferry, tout est spécifié sur cette page (attention les horaires varient selon le calendrier d’hiver et le calendrier d’été).

Après donc une trentaine de minutes sur le ferry, nous débarquons à Craignure, un petit village à l’est de Mull duquel nous partons vers le nord pour rejoindre le village de Tobermory, un joli village coloré dans lequel j’avais repéré un pub pour y déjeuner le midi. Nous découvrons là les premières vraies petites routes d’Écosse : des routes étroites qui ne laissent passer qu’une seule voiture à la fois, ponctuée toutes les quelques centaines de mètres de Passing Places, des endroits qui comme leur nom l’indique vous permettent de laisser passer les voitures en sens inverse. Regardez donc bien loin pour vous ranger dès que vous voyez quelqu’un s’approcher : cela fonctionne de manière très simple et polie, premier arrivé, premier arrêté. Veillez cependant à ne pas utiliser les passing places pour vous garer et prendre des photos, à moins vraiment qu’il n’y ait pas un mouton à la ronde.

Arrivés à Tobermory, nous sommes directement allés manger avant de visiter un peu le village. Je n’ai pas pu résister à l’envie de reprendre un Mac&Cheese, mon plat préféré lorsque je suis de l’autre côté de la Manche. Puis nous avons longé le port pour admirer les belles façades colorées égayant ce tout petit village d’Écosse.

Initialement, j’avais prévu que l’on poursuive notre route pour faire une boucle sur Mull, en allant jusqu’au château de Glengorm puis en redescendant pour admirer de loin Ben More. Malheureusement le temps filait vite et si l’on voulait arriver à temps pour reprendre notre ferry, il ne fallait pas que l’on tarde. Mull a donc été vue rapidement et uniquement parcourue depuis sa route du nord. Si vous avez le temps, n’hésitez donc pas à prévoir un peu plus large, ou peut-être à dormir sur l’île directement ? C’est là toujours les surprises d’un roadtrip lorsque les étapes sont prêtes (ce que je préfère pour ne pas avoir à gérer ça sur place et risquer de payer bien plus cher que ce que vous pouvez avoir en tête), certaines choses prennent parfois plus de temps que ce que l’on s’imagine, notamment les temps de route qu’il faut toujours compter plus long, peu importe le pays où vous vous trouvez et l’état des routes. Car un roadtrip sert à ça : prendre son temps, s’arrêter lorsque vous voyez quelque chose de beau et profitez des paysages que vous traversez.

Ce soir là, c’est à Oban que l’on a dormi dans notre second Bed & Breakfast. Le lendemain matin il pleuvait des cordes alors on est seulement allé faire un tour du coté de la tour McCaig, une tour construite par le banquier John Stuart McCaig qui avait pour but d’offrir à sa famille un monument à son nom et de fournir aux maçonniers du coin suffisamment de travail pour l’hiver. Malheureusement décédé avant que la construction ne soit terminée, on ne peut en voir que les murs extérieurs, inspirés du Colisée.

Cette toute première étape est terminée, dans le prochain billet on ira rouler à travers la si belle vallée de Glencoe, puis on ira à Fort William avant de s’arrêter quelques temps, en haut d’une colline, pour attendre un train un peu spécial…

Pour lire la suite

👉 Comme d’habitude, si vous avez la moindre question n’hésitez pas à m’en faire part, je tâcherai d’y répondre au mieux et cela pourra peut-être aider d’autres personnes ! Pour organiser votre propre roadtrip, vous pouvez également vous référez à cet article sur l’organisation d’un roadtrip et celui-ci sur la liste des affaires que j’emmène avec moi.

Le Point-Voiture :

La seule chose sur laquelle je ne pourrai pas vous renseigner est le coût d’une location de voiture : pour être complètement transparente avec vous je devais initialement collaborer avec une agence de location de voitures, bénéficiant de tarifs plus avantageux en échange du fait de parler d’eux à travers mes posts Instagram et mes articles de blog. Tout était organisé depuis quelques semaines, la réservation était faite mais malheureusement, une fois arrivés à l’aéroport et après une demi heure d’attente, pas de voiture : gros souci de réservation pour lequel il n’y avait pas de solution possible (je vous laisse imaginer notre tête et la panique qui est allée avec… j’ai bien cru que notre roadtrip nous passait sous le nez), il a donc fallu que l’on trouve un plan B en trouvant une voiture disponible au pied levé.  Ce que je déconseille évidemment très fortement : si il y a bien quelque chose sur laquelle il faut vous prendre à l’avance, c’est la location de la voiture (+ l’avion et vos éventuels logements !) qui coûte très cher lorsque c’est fait sur place. C’est chez Europcar que l’on a fini par trouver un véhicule disponible mais puisqu’on était en position de faiblesse, pas trop de possibilité de négociation. Notre budget a clairement explosé de quelques centaines d’euros qui n’étaient pas du tout prévus dans notre estimation du coût global de notre voyage. On s’est donc un peu restreint sur tout le reste… mais pas sur toutes les belles choses que l’on a pu voir, heureusement !

Petit détail sur lequel vous devez notamment faire attention : au Royaume-Uni toutes les agences n’acceptent pas les cartes de débit (en France, on a uniquement des cartes de débit et non des cartes de crédit), veillez donc à bien vérifier ce détail lors de votre choix.

Tout notre roadtrip a été fait avec une jolie Fiat 500, je n’avais pas du tout cette voiture en tête initialement, je la trouve parfaite mais pour l’Écosse, je pensais que ce n’était peut-être pas suffisamment confortable pour les routes cabossées… j’avais faux ! Toute petite, elle passe partout et même si on ne peut pas caser deux bagages dans son coffre (ma valise était sur la banquette arrière), on l’a adorée ! Mon copain était le principal conducteur (il fallait avoir 26 ans minimum, je ne les aurai qu’à la fin de l’année, et opter pour 2 conducteurs coûtent de toute façon plus cher) et il s’est vite senti très à l’aise, conduite à gauche comprise ! Si vous avez la possibilité d’avoir une voiture automatique pour vous éviter le passage de vitesses à gauche, n’hésitez pas, on n’a bien sûr pas eu le luxe de choisir entre une manuelle et une automatique mais ça me semble tout de même assez pratique à avoir. C’est tout pour la parenthèse-voiture !

*toutes les adresses des logements, lieux et visites
sont répertoriés directement dans chaque article sous forme de lien.
Pour y accéder, cliquez simplement sur les noms !
Les tarifs sont directement affichés selon la période choisie.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

23 commentaires sur “Roadtrip en Écosse #1 : Loch Lomond, Oban & Isle of Mull

  • Repondre Emilie

    Article parfait ! Justement, je me tâte à partir cet été pendant 1 semaine en Ecosse… Sauf que je ne sais pas si c’est la meilleure des périodes pour… Ni l’ambiance (j’aime les ambiances d’Automne et bien glauques haha). Du coup je dois dire que ton article tombe à pic ! Hâte de voir la suite ! Des bisous Flo !

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      Attention l’été, il y a plein de moustiques près des points d’eau (des midges) qui d’après tout ce que j’ai lu ont l’air vraiment pénible ! Et vu que l’Écosse EST littéralement constituée d’eau peu importe où tu vas… Mais clairement, je suis comme toi et c’est pour ça que j’ai autant aimé l’Écosse, pour son brouillard et sa pluie (et lorsqu’il faisait beau j’étais presque déçue haha) Merci beaucoup Émilie ! <3

  • Repondre Alicia

    C’est vraiment sympa de voir l’Écosse, et les endroits par où nous sommes aussi passés, sous une atmosphère différente. Nous sommes partis au mois d’Aout et c’était aussi parfait durant cette période. Mais j’ai tellement aimé l’Écosse que j’y retournerai bien pour la voir en toute saison.
    Merci pour cet article j’attends avec impatience les suivants.
    Bon dimanche
    Alicia

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      On a eu 4 jours de grand soleil (et même un peu chaud) et l’ambiance était vraiment complètement différente ! Merci Alicia, bon dimanche à toi aussi :)

  • Repondre Lucile Boileau

    Bonjour Florence!

    Je découvert ton blog ainsi que ta page instagram il y a peu, et je suis on ne peut plus ravie de cette trouvaille :) J’aime ton univers et la douceur qui s’en dégage, et surtout la magnificence de ces photos! J’ai du coup pu suivre avec beaucoup d’intérêt ton voyage en Écosse et je me demandais quels objectifs tu avais choisi d’emporter avec toi pour ce road-trip (et quels sont ceux que tu utilises au quotidien)?
    Je me suis mise sérieusement à la photo il y a quelques mois (armée de mon Canon 550D) pour complémenter mon travail d’illustratrice, et j’y trouve là un autre formidable médium pour exprimer un ressenti fugace ou latent juste à la force du cadrage, du détail ou d’une palette de couleurs particulière… Je trouve que tes clichés (tout particulièrement ceux-ci, que de nuances et de jeux de lumière!) transmettent beaucoup d’émotions, et m’ont singulièrement touché comparativement à ceux de photographes professionnels qui sont parfois… esthétiquement parfaits mais du coup moins emprunts de sensibilité et bizarrement un peu anonymes :)
    Bref, j’aime beaucoup ton univers qui est très inspirant et j’ai hâte de découvrir la suite de cet article!

    Lucile Boileau

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      Ohhhh merci beaucoup Lucile, ça me fait vraiment très plaisir ! Bienvenue ici alors, j’espère que la suite te plaira !
      J’ai évoqué le choix de mon matériel dans l’un de mes précédents articles (celui-ci : https://www.la-mouette.com/preparer-un-roadtrip-les-affaires-a-emmener/) et après avoir longtemps hésité, j’ai donc bien pris avec moi mon 35mm, le 24-105mm ainsi qu’un 50mm (je n’ai utilisé ce dernier qu’une seule fois, je doutais de son utilité pour ce voyage et effectivement, il ne m’a pas vraiment servi !).

  • Repondre Lolli

    C’est magnifique , merci de nous faire voyager à travers ton article :)

  • Repondre dométhilde

    Merci pour ce jolie article, que j’aime là façons dont tu nous parle de tes voyages ! j’attend avec impatience tes prochains articles surtout pour le train, où j’ai adoré ta photo sur Instagram . Bisous

  • Repondre Marie

    oh la la, ces merveilleux paysages et belles couleurs! ça me donne tellement envie de partir, là, maintenant, tout de suite <3
    j'ai hâte de lire le deuxième volet de votre épopée écossaise :) xo

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      Merci Marie ! Je vais tâcher d’être efficace pour écrire les prochains volets ! :)

  • Repondre Fedeli Caisley

    Les midges ne sont pas une calamité, on trouve en Ecosse des produits pour s’en protéger. Ne pas manquer sur le port de. Oban, au pied des ferries, les fruits de mer frais et pas chers à déguster sur place. Les meilleurs que j’ai jamais mangés. Le whisky d’Oban n’est pas mal non plus.

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      Je n’ai jamais expérimenté les midges en Écosse, j’ai par contre expérimenté une certaine espèce de moustiques au Québec (bon, ce n’est pas du tout au même endroit c’est certain) et même en étant protégée ça avait été un calvaire, ma peau en sang s’en souvient ! :/ En tout cas, avec ou sans produit, c’est toujours plus chouette de ne pas devoir se soucier de ce type de moustique en voyage non ? Végétarienne, je suis peu attirée par les ports et leurs étals :) Mon copain est plutôt friand de whisky et il aime beaucoup l’Oban !

  • Repondre Lilouuuu

    Mon rêve ! Tout ces paysages sont magnifiques ! Combien t’a couté ton billet d’avion ?
    Gros bisous
    http://lilouuuu.com

  • Repondre Samsha

    C’est vraiment magnifique l’Ecosse et tes photos lui rendent superbement bien! Je rêve de faire ce genre de road-trip depuis un bon bout de temps, mais malheureusement je n’ai pas encore trouvé le temps. En revanche, je vais enfin passer un week-end à Edimbourg à la fin du mois de mai (depuis le temps que j’en parle). Du coup, je suis pressée de voir ton article sur la ville (si jamais il sort d’ici là).
    Et vive le train spécial! ⚡️

  • Repondre Diane

    Super article, j’ai hâte de pouvoir lire les suivants ! Il me donne vraiment envie de retourner en Écosse et de retrouver les paysages magnifiques et un peu mystiques de ce pays, surtout quand la brume pointe le bout de son nez… ;) Pour la location de voiture, nous avions choisi l’agence Arnold & Clark et nous avons été très satisfaites du service offert. Le prix payé pour une semaine de location était tout à fait raisonnable. :)

  • Repondre Marie

    Coucou Florence ! Merci pour ces si jolis articles de tes voyages, je prépare mon voyage au Québec à l’aide de ta série sur ton propre voyage qui est super inspirante !
    J’ai passé quelques jours à Edimbourg il y a deux ans et j’avais adoré aussi, l’ambiance en Ecosse est tellement magique je trouve, je pense planifier un road trip du même style que le tien d’ici quelques courtes années
    Je voulais rebondir sur ta location de voiture : je reviens d’un road trip en Italie ou nous avons du payer une assurance supplémentaire (150€ pour 5 jours de location..) parce que nous n’avions pas de cartes de crédit mais que des cartes de débit : point sur lequel il faut se méfier effectivement ! Les cartes de crédit existent toutefois en France, il faut se renseigner auprès de sa banque (ce que je vais m’empresser de faire) ;)
    Désolée pour ce roman et merci pour tous tes posts!
    Marie

  • Repondre marionromain

    J’avais hâte de commencer à découvrir cette série d’articles autour de ce voyage, que je rêve de réaliser un jour. Tes photos sont magnifiques Florence !

  • Repondre Marine

    Merci pour ce magnifique article :D je vais lire tout de suite le deuxième article que tu as fait en Ecosse.
    Ce pays est dans ma liste de futur voyage donc j’ai bien noté tous tes bons conseils et bonnes adresses ;)

    Bisous,
    Marine

  • Repondre Loredana

    Je suis plutôt vacances chaudes et tropicales ahah mais sincèrement c’est le genre d’endroit où ça ne me dérangerait pas d’être sous la pluie et le froid. L’Ecosse est tellement belle, les paysages sont fabuleux et rien que pour ça, ça me fait rêver. Ce n’est pas prévu pour le moment mais si j’ai un jour l’occasion je n’hésiterai pas. Merci de partager avec nous tes aventures j’aurai l’impression d’avoir voyagé malgré tout.

  • Repondre Clementine Tangerine

    J’ai tellement hâte d’y retourner. Encore, et encore. Mon 4ème road trip et je ne m’en lasse pas, haha.
    Bon, en plus du temps qui me manquait, je ne voulais pas non plus lire tes articles parce que… (tu me connais, je suis très émotive et hypersensible !)
    Donc je le fais maintenant que je sais que j’y retourne très bientôt.
    Ça va aussi me booster pour l’écriture de mes articles hahaha.
     
    Cette année, on découvre Mull nous aussi. Mais on compte y rester plusieurs jours ! ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.