Journal d’expatriation #2 – L’Avant

Cette idée du journal intime pour vous raconter notre expatriation semble vous avoir beaucoup plue et… à moi aussi ! J’aime l’idée de vous transmettre les sentiments qui nous traversent chaque jour et dans quelques mois, quelques années, j’aimerais sûrement relire tout ça et revivre à l’écrit cette période si spéciale à nos yeux. Il y a beaucoup d’angoisses, de stress, de doutes et de peur dans cette période mais tout ça est surtout mêlé à une fébrilité, une très grande joie et une impatience qui font de nos journées des journées très étranges, chargées d’attente et de longues heures qui semblent ne pas s’écouler.

Mercredi 12 septembre 2018 :
Alors que l’on ne savait jusqu’à aujourd’hui pas précisément la date de notre départ, c’est en achetant nos billets d’avion que l’on a fixé ce fameux départ. Ce sera le mardi 30 octobre 2018, le dernier vol direct possible depuis Nantes jusqu’à Montréal jusqu’au mois de mai prochain.

Samedi 15 septembre 2018 :
Ce week-end, tout commence ! Après avoir fait un tour chez Leroy Merlin pour acheter un lot de cartons, les objets et les livres que l’on a envie d’emporter avec nous là bas commencent à vider les pièces de notre si chouette appartement Rennais pour nous accompagner dans notre nouvelle vie de l’autre côté de l’Atlantique. Quoi prendre, quoi laisser, quoi donner… il y a quelques années j’aurais eu beaucoup de mal à faire ce tri. Aujourd’hui, je le vois comme une façon de prendre une grande inspiration, de faire le vide et de recommencer en quelque sorte à zéro avec ce que l’on aime vraiment et ce dont on a vraiment besoin.

Dimanche 16 septembre 2018 :
Notre liste bien ficelée d’appartements qui nous plaisent, ceux qu’il faut que l’on contacte, ceux que l’on a contacté et quand, commence à grandir et avec elle, l’inquiétude de ne pas parvenir à trouver quelque chose. Quelque chose qui nous plaise et quelque chose tout court. Trouver à distance, on ne sait pas si c’est si aisé que ça alors on croise fort les doigts. Jusqu’ici, toutes les étoiles semblent être parfaitement alignées mais j’ai toujours cette crainte de me dire qu’il va forcément y avoir un couac. Alors que ce n’est pas une obligation, si ? Tout peut complètement se passer comme on l’espère ! En tout cas, c’est ce que je nous souhaite. Ce jour là, les nerfs lâchent pour nous deux et notre moral est entaché par tout le stress que ce déménagement implique. S’expatrier c’est chouette mais c’est aussi vraiment dur moralement, malgré toute la chance que l’on a et que l’on mesure chaque jour (on se répète tous les soirs qu’on est incroyablement chanceux que nos démarches se passent aussi rapidement et qu’il ne faut pas l’oublier). Après presque 1 mois et demi à ne penser qu’à ça tous les jours et à tout gérer pour que tout colle pile dans le timing serré, on commence à être un peu à bout.

Lundi 17 septembre 2018 :
Les premiers appels ont commencé hier et aujourd’hui pour parvenir à trouver un appartement et l’angoisse s’avère vraie : à chaque fois que l’on parle de Newton c’est un refus net. Comment va-t-on faire si l’on ne parvient pas à trouver de logement ? Penser à laisser nos animaux en France me fend le cœur, même pour 6 mois et je n’ai même pas envie d’accepter cette idée. Mon moi-non-raisonnable refuse tout net cette proposition même si je me la suggère à moi-même. On trouvera, c’est certain ! J’espère juste que l’on trouvera avant la fin du mois de septembre : la difficulté est que l’on ne peut annuler les billets des animaux et être remboursés que 30 jours avant le départ. On a donc jusqu’au 30 septembre pour trouver. Challenge accepted!

Mardi 18 septembre 2018 :
Après les nombreux échecs d’hier, cette fois je décide de procéder autrement. Puisqu’à chaque fois plein de personnes ont déjà appelé et qu’il paraît qu’à Montréal c’est « premier arrivé, premier servi », jouons de notre point faible et utilisons le décalage horaire à notre avantage. En regardant le matin, pendant que les Montréalais dorment, les annonces parues la veille lorsque l’on dormait, je suis un peu plus sûre de tomber sur des annonces peu visitées. Et miracle ! Je tombe sur une annonce qui semble parfaite : sa localisation est idéale, il y a deux chambres comme on le souhaitait (pour accueillir mon bureau/chambre d’ami comme dans notre appartement actuel) et surtout, surtout, il y a un jardin ! Je l’envoie à Flavien ainsi qu’une autre annonce, c’est lui qui s’occupe d’appeler à chaque fois et il le fera dès 9h du matin heure locale là bas. Ici il sera 15h.

15h, je file à la Poste poster des commandes pendant que Flavien appelle. On est les premiers et les étoiles semblent être encore alignées : il est parfait, les locataires et le propriétaire sont français, cela joue complètement en notre faveur et notre ami sur place ira le visiter le lendemain ! On a hâte mais on a peur d’être déçus. Plus tard le soir, à minuit, Flavien a le propriétaire au téléphone et cela semble très, très bien parti pour nous.

 (…) les étoiles semblent être encore alignées (…)

Mercredi 19 septembre 2018 :
La journée passe et nous n’attendons qu’une chose : qu’il soit une heure du matin pour avoir des nouvelles de l’appartement. On est un peu épuisé par le stress des journées passées mais on reste les yeux ouverts en attendant que nos amis nous appellent et nous racontent. 1h35, on a enfin des nouvelles et cette fois c’est certain, c’est celui qu’il nous faut ! On a entre temps rassemblé encore une fois tous les documents nécessaires pour convaincre le propriétaire.

Jeudi 20 septembre 2018 :
Le temps semble toujours passer lentement quand on attend une nouvelle, on n’a pas encore eu de réponse définitive et positive alors on ne sait pas encore si c’est vraiment bon ou pas. La journée file et ça y est, enfin ! C’est confirmé, l’appartement, le jardin, la jolie façade avec des briques, c’est bien là que l’on vivra et avec tous nos animaux, chats et chien compris ! Je n’arrive toujours pas bien à réaliser que dans un peu plus d’un mois on vivra vraiment au Canada, ça me semble un peu irréel et malgré tout le désordre dans notre appartement qui semble annoncer un changement prochain, rien ne parvient à me faire vraiment absorber ce bouleversement à venir. C’est drôle parce que quand on en parle autour de nous, cette recherche d’appartement semble (et est) être allée plutôt vite. Et c’est vrai, pourtant de l’intérieur ça nous a paru si long et ça a été tellement angoissant sur une si courte période ! Alors on mesure vraiment la chance incroyable que l’on a d’être tombés sur cette annonce et d’avoir trouvé quelque chose que l’on espérait tant avoir sans se douter un seul instant que ça allait être possible.

Vendredi 21 septembre 2018 :
On attendait d’être certains d’avoir de quoi se loger pour entamer l’étape suivante, les démarches réelles du déménagement. On ne prendra pas tous nos meubles (cela nous coûterait bien trop cher !) ni toutes nos affaires mais nous souhaitions tout de même en emporter une petite partie pour se sentir chez nous et ne pas complètement recommencer à zéro. Après avoir récolté quelques avis sur Instagram (merci aux personnes m’ayant renseignée !), nous avons fait notre choix et c’est via Gallieni que nous passerons pour leur confier nos affaires. Et surprise ! Il faut que l’on fasse tous les cartons de ce que l’on veut emmener ce week-end, tout doit partir avant la fin du mois de septembre si l’on ne veut pas trop attendre là bas sans rien. Bon, après tout le stress de ces dernières semaines/mois, cela me semble être une minuscule étape à passer. Finalement on s’y habitue et on sait de toute façon que c’est la dernière grosse étape à passer avant de pouvoir souffler. On va donc tout mettre en carton et se réserver octobre pour terminer de vider complètement notre appartement sans stress. Nous sommes rentrés de vacances il y a à peine deux semaines et j’ai déjà regagné le niveau de fatigue et de stress que j’avais atteint avant que l’on ne parte.

Samedi – Dimanche 22/23 septembre 2018 :
Ce week-end, c’est week-end cartons. Ranger, trier et garder. Faire des cartons a quelque chose de très méthodique, très rassurant. Rien ne peut mal se passer en faisant des cartons et cela nous permet par la même occasion de ne garder que ce que l’on souhaite vraiment garder. Tout le reste part chez Emmaüs ou pour ce à quoi l’on tient mais qu’il n’est pas nécessaire de prendre, cela ira chez nos parents. En 8 ans de vie hors de chez mes parents dont 4 ans de vie commune, on a amassé une foule de choses (surtout moi, je l’admets) qui ne servent à rien et qui prennent trop de place. Avoir un blog n’aide pas forcément et on a souvent un peu la flemme de vider lorsque l’on n’a pas d’objectif en tête. Ici, pas le choix ! Alors pas la place aux états d’âme : on ne se sert jamais de cet objet ? On donne ! Celui-ci est trop vieux, trop abimé, trop cassé et ne servira plus, pas même à quelqu’un d’autre ? On jette ! Au fur et à mesure, les cartons se remplissent, les sacs à donner aussi et l’appartement se vide.

Mercredi 3 octobre 2018 :
Tous les cartons (ou presque) étaient emballés et fermés et il ne nous restait plus qu’à finir d’emballer quelques affaires ce soir pour accueillir les déménageurs demain. 9h33, mon téléphone sonne, ils sont là et arrivent dans 30 minutes ! Comment ? Mais c’était demain normalement ! Encore en pyjama (je traine un peu en ce moment le matin, la fatigue probablement), je saute dans la douche et on s’affaire un peu stressés à tout finir. Mettre mon ordinateur dans son carton, finir les derniers cartons, tout rassembler… et ils arrivent déjà. Au final, je suis ravie que ce soit passé. Au moins, c’est fini, on peut passer à autre chose et s’occuper de vider le reste de l’appartement. Les voisins ont été affreux, un type nous a insulté et a manqué de me frapper… visiblement le manque de compréhension et de compassion est aussi récurrent dans notre quartier, on ne s’y attendait pas vraiment mais tant pis. On a bien d’autres choses à gérer que la colère gratuite de personnes que l’on ne connait pas et à qui on n’a rien fait.

Mercredi 17 octobre 2018 :
Il ne reste plus que 13 jours. 13 petits jours avant de nous enregistrer, d’enregistrer les animaux, de dire au revoir et de grimper dans l’avion de notre nouvelle vie. Ces derniers jours sont de plus en plus épuisants : pas une minute d’esprit de libre, il y a tant à faire ! Envoyer les derniers courriers pour résilier nos contrats d’électricité, d’eau, internet, l’assurance de la voiture… puis vider, vider, vider. Il restait encore des choses dans l’appartement, encore deux allers-retours chez Emmaüs pour donner ce qui servira à d’autres personnes. La semaine prochaine il ne restera plus que des meubles, ou presque. En ce moment c’est aussi une succession de dernière fois : la dernière fois que l’on mange dans ce restaurant, la dernière fois que l’on fait un apéritif sur notre terrasse, la dernière fois que Newton trottine dans l’appartement avant que l’on ne l’amène chez nos parents… Demain, on file à Paris puis à Strasbourg passer quelques jours en dehors de tout ce tumulte. On en a bien besoin, ça nous fera du bien.

Jeudi 25 octobre 2018 :
Vider l’appartement, peindre, nettoyer, aspirer, astiquer. Deux dernières journées intenses pour enfin finaliser ce déménagement dont on peine à voir le bout ! Et puis c’est aussi le moment de dire au revoir à des personnes que l’on ne reverra pas avant un bon bout de temps. Ce mélange d’émotions est très étrange : on est vraiment hyper contents de ce déménagement à venir, complètement certains de notre décision et on a surtout très hâte d’arriver enfin à Montréal mais à côté de ça il y a évidemment un peu de peine de s’en aller. Le positif prend évidemment le pas sur tout le reste mais une expatriation c’est aussi ça : des au revoirs et des amis qui sont tristes de nous voir partir.

Vendredi 26 octobre 2018 :
Jour J ! Aujourd’hui c’est enfin le jour de notre état des lieux de sortie. Il ne nous reste plus qu’à passer un dernier coup de serpillère et de faire briller notre si chouette appartement avant de rendre pour de bon nos clefs. J’ai cru que ce jour n’allait jamais arriver je suis ra-vie ! Les états des lieux de sortie donnent toujours cette vague impression de passer un oral que l’on doit à tout prix réussir : est-ce qu’il y a des choses qui ne vont pas, y a-t-il des défauts…? L’appartement est encore plus neuf que lorsque l’on y est entré ! Peintures, ménage… tout est rutilant et le papier peint que l’on a enlevé n’est presque qu’un vague souvenir. Et puis ça y est, je ferme la porte à clef, notre appartement est désormais celui de Montréal, plus celui de Rennes. Demain, ce sera notre soirée de départ, à tout pile 3 mois du jour où l’on s’est dit que l’on partait, cette date est un peu symbolique (d’ailleurs, 3 mois plus tôt c’est aussi le jour où Flavien était allé chercher nos alliances de PACS, encore plus symbolique, comme si tout nous reliait à cette date et à cette décision commune).

Samedi 27 octobre 2018 :
Samedi 27 octobre, 3 mois pile après le 27 juillet, le jour où après 15 minutes de réflexion on s’est dit Flavien et moi, « on part vivre à l’étranger ». Pour la première fois depuis le début je me sens déjà plus sereine ce matin, avoir rendu notre appartement hier fait retomber une énorme pression. Si on m’avait dit que ça allait se faire aussi rapidement je n’y aurais pas cru ! Je suis vraiment consciente de cette incroyable chance et à côté de ça, avec toutes ces dernières semaines je suis aussi vraiment contente que cette partie là du déménagement se termine. Je n’en pouvais plus, moralement comme physiquement. J’ai mal au dos, je suis épuisée et ces derniers jours je commençais à en avoir vraiment marre. Là, c’est bon, c’est fini, on peut enfin respirer et quel bonheur !

Dimanche 28 octobre 2018 :
Lendemain de notre soirée de départ, je n’aurais pas pu rêver mieux comme dernière soirée que d’être entourée par tous nos amis. En sortant du bar, j’ai fondu en larmes. Il faisait froid, il était 2h30 du matin, la fatigue, le stress et la pression retombant, les derniers aurevoirs ont terminé de me briser le cœur tout en sachant qu’après tout, ce ne sont que des aurevoirs. On les reverra évidemment ! Mais c’est la difficulté de ce déménagement : on les quitte d’une manière ou d’une autre et tout le monde va beaucoup nous manquer. Malgré tout, c’était beaucoup trop chouette et depuis que l’on sait que l’on part, malgré toute la fatigue qu’un déménagement comme celui-ci implique j’ai déjà la sensation d’être plus positive et souriante, comme si l’aura québécoise commençait déjà à déteindre sur moi et à me donner cette vraie envie d’être une meilleure personne une fois arrivée là bas. Je suis tellement reconnaissante que l’on soit aussi bien entourés et ai déjà beaucoup trop hâte que l’on accueille nos personnes préférées dans notre nouveau chez-nous pour leur faire découvrir notre nouvelle vie. Aujourd’hui on a aussi quitté nos amis-voisins, qui viendront vivre eux aussi à Montréal dans quelques tout petits mois. Je n’ai jamais autant pleuré en quittant nos amis que durant ces 15 derniers jours et je crois que c’est important de l’accepter. C’est évidemment un peu triste mais accepter tout ça me permet à côté d’être terriblement impatiente et heureuse à l’idée de ce qui nous attend.

Lundi 29 octobre 2018 :
Ça y est, c’est demain. Notre avion est à 12h40 heure française, on le prend à Nantes, c’est un direct vers Montréal et c’est le dernier de l’année avant que les vols à partir de Nantes ne reprennent en mai prochain. On voulait à tout prix partir de cet aéroport, on est tellement chargé avec nos 4 valises et nos animaux qu’imaginer aller jusqu’à Paris en train… ça aurait été franchement impossible. Et ça y est, cette fois c’est pour de bon, on y est, demain, on vivra vraiment au Canada ! J’ai tellement hâte que l’on atterrisse pour commencer notre nouvelle vie, notre semaine s’annonce déjà bien chargée et notre installation se profile vraiment cette fois… je suis impatiente et malgré tout ce mélange d’émotions, je sais que c’est pour le meilleur.

Cette série Journal d’Expatriation est vouée à perdurer longtemps encore pour vous parler des premiers jours sur place, de la suite puis de vous raconter plus en détails comment on a fait. Pour cette partie 2, c’est fini. Elle marque tout l’avant, la prochaine vous parlera de l’après. Puis Visa, permis de travail, déménagement, recherche d’appartement… j’ai hâte de tout vous expliquer ! En attendant, merci mille fois pour tous vos petits mots d’encouragement, publics ou privés, j’aime tant vous partager toute cette grande aventure ❤️

22 commentaires sur “Journal d’expatriation #2 – L’Avant

  • Repondre Chloé

    C’est tellement chouette de lire ce journal d’expatriation, j’ai hâte de lire les suivants. Je sens aussi que l’on va se régaler avec tes photos. C’est tellement joli en ce moment.
    Par contre, je n’ai pas tout suivi, vous ne restez que 6 mois ?
    Bonne journée
    Chloé

  • Repondre Anaïs

    J’adore ce journal d’expatriation ! S’embarquer dans une aventure comme ça, c’est vraiment quelque chose Hâte de lire les prochains épisodes :D

  • Repondre AuroreVoyage

    Qu’est ce que c’est excitant ! La veille du départ doit être à la fois magique et angoissant, mais elle restera dans vos plus grands souvenirs. Belle installation à vous !

  • Repondre Stéphanie

    Bonne chance pour le grand départ! C’est très émouvant de lire ce journal car j’ai fait exactement le même voyage il y a 5 ans (départ de Nantes pour Montréal en octobre, passage à Strasbourg, vider son appartement etc…) et à quelques détails près nos histoires se ressemblent! 5 ans plus tard j’écris depuis Montréal où je suis toujours et je peux te dire que c’est le meilleur qui t’attend! Et avec un peu d’avance, bienvenue au Canada!

  • Repondre Vickie

    Comme j’aime ton journal d’expatriation ! J’ai tellement hâte de savoir comment va se passer l’après ♥
    (moment nul, j’ai encore chouiné dans mon peignoir en réalisant que oui, c’est bien demain que vous prenez votre vol :O)

  • Repondre Nine

    Bonjour Florence. merci pour ce partage. En te lisant, c’est comme si je pouvais ressentir ton excitation et ta fébrilité. Je te souhaite un très beau vol. Quel beau chemin de vie vous vous êtes préparé. Savourez-bien. Vivement les épisodes suivants. Nine

  • Repondre Lolli

    C’est super excitant !!!! J’ai trop hâte de lire la suite de vos aventures :) Bon voyage, bon vol et je te souhaite tout le bonheur du monde dans ce nouveau chapitre de ta vie :)

  • Repondre Marie

    Chère Florence,

    Je te/vous souhaite un excellent voyage, une bonne installation, et surtout une super expatriation au pays du sirop d’érable ! Ce journal est une très bonne idée, on frissonne avec toi !

    Je continuerai à lire tes aventures avec plaisir ! :)

  • Repondre dométhilde

    Bonjour, Florence que c’est chouette ce journal d’expatriation, c’est exactement le sentiment que j’ai ressentis pour partir moi même au Québec. Un vrai mélange de nos émotions ! En tout cas bon vol et hâte de vous voir dans votre nouvelle vie !

  • Repondre Laura

    Coucou,

    Malgré les difficultés, tu me vends du rêve !
    On commence les démarches de résidence permanente, mais c’est très compliqué ! Notamment à cause du montant demandé pour nous trois (sans oublier nos animaux).

    Je vous souhaite plein de bonheur dans cette nouvelle vie !

    Belle soirée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

  • Repondre The Girly Geek

    Allô, comme ils disent ici :)
    En voyant passer ce joli journal d’expatriation, je me suis sentie obligée de laisser mon petit commentaire. J’habite depuis un peu plus de 2 ans à Montréal, et je ne peux que confirmer ce que tu ressens déjà : le meilleur est à venir ! Vous arrivez après les jolies couleurs de l’automne, mais tu vas voir, sous la neige c’est magique aussi !

    J’aurai une pensée pour vous demain :D
    (Et sinon, oui les chiens en appartement c’est un très gros problème ici. La plupart des gens ont plutôt des chats, et trouver un appartement qui accepte les chiens, c’est difficile. Moi qui rêve d’en adopter un, j’ai du mettre ce rêve de côté puisqu’on a trouvé l’appart parfait…. mais qui n’accepte pas les chiens. On verra dans quelques années.)

  • Repondre Alichon

    J’admire ton courage ! J’aurais du mal vis-à-vis de mes chats, je serai trop stressée je pense de prendre l’avion avec. Bon voyage !

  • Repondre Mathiilde

    J’espère que tout vas bien se passer pendant le voyage et j’ai hâte de voir la suite ! Je vous souhaite que du positif !!

  • Repondre Déborah

    Bonjour !

    Je te souhaite un très beau voyage… Je suis arrivée à Montréal avec mon mari et mon fils il y a maintenant 4 mois. C’est tout nouveau et en même temps on se sent déjà bien encrés dans notre nouvelle vie, des plus savoureuses… Tu peux suivre nos aventures ici : http://www.maudits-pancakes.com et au plaisir de se voir sur Montrèal… ;)

  • Repondre Juliette

    Ça y est, c’est le jour J ! J’ai tellement hâte pour toi !
    En tout cas tu as bien fait de rester patiente pour trouver un appartement qui accepterait Newton. Comme toi, jamais de la vie je ne pourrais me séparer de mes chats, alors je suis ravie que vous ayez pu tout organiser comme prévu !
    J’espère que tout se passera bien une fois sur place, j’ai hâte de suivre tes nouvelles aventures !

  • Repondre Mood of April

    Très joli moment en lisant ce journal. Très heureuse également pour vous, c’est une nouvelle vie qui commence, très stressante mais qui je suis certaine va énormément vous plaire. Une question de temps et d’habitude. Merci de partager ça avec nous, je voyage avec vous par la pensée.

  • Repondre Emilie

    Je suis sous le charme de ton blog!
    Une question me turlupine, comment avez-vous fait concernant les animaux dans l’avion ? Soute ?
    Cela n’était pas trop stressants pour vous comme pour eux ?
    Je suis vraiment curieuse d’avoir vos impressions.
    Belle aventure à Montréal, enjoy !
    :)

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      Merci beaucoup ! J’en reparlerai plus en détails dans de futurs articles mais rapidement, notre chien était en soute et nos deux chats avec nous en cabine. Pour eux je ne sais pas, je pense qu’ils étaient pas mal stressés par contre pour ma part, même si je sais qu’on avait tout fait pour qu’ils soient confortable, j’ai plutôt mal vécu le décollage et l’atterrissage alors que ce sont normalement des étapes du vol que j’adore (je n’ai vraiment pas peur en avion et suis généralement plutôt impatiente quand on le prend !). Mais je pense qu’ils n’ont pas été traumatisés, ils étaient tous en excellente forme une fois que l’on est arrivé dans notre nouveau chez-nous et s’acclimatent depuis très bien :)

  • Repondre Anne-Claire

    Merci de nous faire partager tout ce joli cheminement :)

  • Repondre Veggiewom

    Merci pour cette deuxième partie de ton journal d’expatriation ! Entre mon commentaire sur ton première article et la lecture de celui-ci j’ai eu une réponse positive pour un entretien et je vais vivre un départ rapide comme le tien
    Je dois être à Montréal le 14 janvier, d’ici là comme vous on doit déménager et tout préparer. Hâte donc de lire ton prochain article sur le côté pratique de votre déménagement ! Si j’ai compris vous êtes passé par le déménageur Gallieni ?
    Je suppose que c’est prévu, mais le site où vous avez chercher votre appartement m’intéresse ;) J’ai entendu parlé de kijiji et de groupe Facebook pour l’instant. Merci de ton partage en tout cas et sur Instagram votre nouveau nid douillet a l’air top

    • La Mouette
      Repondre La Mouette

      C’est exact pour le déménageur, c’est Gallieni qu’on a choisi ! Pour trouver notre appartement je crois bien que c’était sur Kijiji qu’on a trouvé l’annonce Si vous n’avez pas d’animaux ça devrait vraiment être facile, c’est nos animaux qui ont fait que ça a été compliqué pour nous. Bon courage en tout cas pour la fin des préparatifs, c’est long et fatiguant mais ça va passer vite, ensuite tout se fait facilement. Profitez de vos dernières semaines en France pour voir tous vos proches et aller dans vos restaurants préférés ! ❤️

      • Repondre Veggiewom

        Merci pour ta réponse et pour le courage pour les préparatifs Effectivement il en faut :) Je m’accroche justement en me disant que tout cela sera bientôt derrière nous ! Et quand on voit tes belles photos, ça permet de se focaliser sur la finalité, pour rendre un peu plus doux l’avant. Nous n’avons pas d’animaux, en effet de ce que tu en dis et de ce que j’ai pu voir ailleurs, cela a l’air d’être compliqué et stressant. C’est super que toutes vos petites boules de poils aient pu vous suivre en même temps :D Là on est dans le tri et dans la vente des affaires, c’est le plus difficile de mon côté hé hé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.