• Le bonheur est chose légère,

    Ce n’est pas quelque chose que je vous apprendrai.
    La vie n’est pas celle que l’on aimerait qu’elle soit.
    Ou pas aussi souvent en tout cas.

    Très récemment, j’ai à nouveau essayé de trouver un travail, comme pendant ces chaque 12 derniers mois. Encore une fois ça a raté. Sans doute parce qu’une nouvelle fois, je n’ai pas su montrer que je n’étais pas que cette personne d’apparence fragile et frêle mais que j’étais capable d’avoir des responsabilités comme tout le monde à mon âge. Ce genre de choses rend évidemment toujours un peu triste, ou au moins déçu, peut même parfois vexer et énerver. Mais on ne reste jamais réellement de marbre devant quelque chose qui ne fonctionne pas. Que ce soit de notre faute ou non.

    Quand on entre dans une boutique et que notre Bonjour reste sans écho, quand on a un tout petit espoir que quelque chose se réalise mais qu’au bout du compte il n’y a rien, quand on donne absolument tout ce qu’on peut dans un projet mais qu’il échoue lamentablement, au bout d’un moment, la confiance que l’on peut avoir en soi, qu’elle soit grande ou minuscule, finit forcément par s’amenuiser tout doucement. C’est parfois un mal pour un bien qui nous permet de nous remettre en question une fois de plus.

    J’aimerai que la vie soit plus douce. Que faire un dessin de temps en temps suffise pour faire mon bonheur et puisse me permettre de vivre décemment, que je ne sois pas obligée de me soucier de l’administration de ma fac et que seul le fait de réviser me permette d’être confiante.

    De quel droit est-ce que l’on devrait payer pour vivre ? On ne paye pas pour respirer, mais quand même, c’est presque pareil au final non ? Devoir avoir un compte en banque à peu près alimenté ne devrait pas être une obligation. C’est évidemment un rêve d’enfant, ou un espoir carrément stupide, mais parfois j’ai un bref sursaut qui me fait penser à quel point la vie que la société nous fait vivre n’est clairement pas quelque chose de juste et d’équitable et que la devise de notre République n’est qu’un mensonge gravé dans de la pierre.

    Mais dans cette vie qui ne ressemble pas au cycle du soleil, il y a quand même des manières de la rendre un peu plus confortable. Presque chaque jour depuis déjà quelques mois, j’ai décidé que je devais profiter des petites choses pour me satisfaire et que attendre les évènements heureux était loin d’être la bonne solution. Et c’est en accumulant petites choses par petites choses, qu’aujourd’hui j’ai réussi à être presque heureuse plus durablement, contrairement à ces dernières années ou les larmes et l’angoisse m’accompagnaient. C’est ce qu’au final j’ai appris toute seule au fil du temps, je ne suis pas encore très âgée et je suis loin, très loin d’avoir tout vu, et qui peut d’ailleurs prétendre avoir tout vu ? Il n’existe pas de clef absolue au bonheur, mais il existe quelques « trucs » qui peuvent aider à le toucher. A maintenant 20 ans, je pense connaître au moins quelques unes des clefs qui permettent d’être apaisé. Pas tous les jours certes, parce que je considère qu’être parfois malheureux contribue très fortement à faire grandir notre bonheur (un peu comme l’ennui qui contribue à notre créativité), mais maintenant, j’y arrive un peu mieux qu’avant. Je tente de penser à mon entourage, de faire plaisir, d’aider si c’est dans mes cordes, et surtout je me réserve du temps pour moi, pour être un peu égoïste pour pouvoir me préserver et me ressourcer.

    Et c’est ce que tout le monde devrait faire. Parfois arrêter, se stopper un instant pour prendre du temps pour soi, pour pouvoir mieux recommencer ses activités et évidemment être beaucoup plus efficace et reposé. Pour chacun, c’est quelque chose de plus ou moins difficile à faire, mais ce n’est impossible pour personne. Il suffit vraiment de le vouloir. Je sais qu’une journée n’est jamais assez longue, il y a toujours trop de choses qui doivent être faites, terminées ou au moins commencées et ces derniers temps, notamment avec le blog, j’ai eu envie de pouvoir étirer ces 24h. Mais comment voulez-vous accomplir ces choses si vous ne pouvez pas d’abord accomplir votre bien-être ?

    Je me sens maintenant épanouie, et c’est cette sensation qui me rend heureuse. Je sais que parfois j’ai des coups de mous, mon tempérament hypersensible n’est parfois pas facile à gérer car la tristesse ne prévient jamais, mais depuis quelques temps ces périodes ne durent jamais longtemps, en tout cas pas aussi longtemps qu’avant puisque j’avais l’habitude de ne pas aller bien pendant plusieurs mois, maintenant ce n’est plus le cas, 1 ou 2 semaines tout au plus et tout va mieux ensuite pour une longue durée. Maintenant, je n’ai besoin de rien de plus pour l’instant puisque j’ai une famille autour de moi, un Amoureux avec qui je suis très bien, des amis vraiment chouettes qui me donnent envie de brandir une bannière qui dirait « Mes amis sont les meilleurs », un appartement confortable, deux chats stupides mais adorables et énormément de choses à faire à côté.

    Même si je suis encore un peu marquée de tout ce que j’ai pu vivre lorsque j’avais 13 ans, cet âge où l’on est sensible et où être un bouc-émissaire est bien plus simple que l’on ne le croit, je commence à être satisfaite de ce que je suis et même à être un tout petit peu fière de pouvoir réussir des choses. Je suis notamment toujours très heureuse d’écrire ici et lorsque je vois que tout le travail que je fourni plaît, ça me fait du bien et me rend encore un peu plus épanouie. C’est au final tout bête de se sentir bien, et pourtant, c’est l’une des choses qui est la plus difficile à avoir, le bien-être.

    Quel est le but de ce billet ? Il n’y en a pas, ou presque. Parfois il est juste bon de faire un point dans sa vie, savoir si les jours qui passent nous conviennent et aussi apprécier les choses simples que l’on oublie trop souvent. Se contenter simplement de son quotidien, même si il est à mille lieux de nos rêves, n’est pas une mauvaise chose, la vie est longue et ce quotidien là est loin d’être du temps perdu. Au contraire, prenez-le, votre temps, et faites en sorte de cerner ce qui vous fait vous sentir bien et apaisé, au lieu de tenter désespérément de modifier votre vie alors qu’au fond, il n’y a jamais que du mauvais dedans.

    J’en profite du coup pour vous remercier de tous les messages que je peux recevoir de votre part, ils me touchent tous beaucoup à chaque fois et me donnent terriblement envie d’écrire encore plus pour peut être vous arracher un sourire ou vous occuper quelques instants. Vous contribuez fortement à cet épanouissement & chaque mail ou petit mot que je peux recevoir de votre part est précieusement conservé et comme je peux vous le dire à chaque fois dans mes réponses à ces fameux mails, c’est toujours terriblement satisfaisant de voir que le travail que je fourni n’est pas vain. J’essaierai de réorganiser quelque chose quand j’aurai un peu plus de temps pour vous remercier à nouveau :)

    Le bonheur est chose légère, on croit l’attraper, il s’envole.

  • Noël ne s’est pas tout à fait passé comme prévu,

    Malade
    Il y a peu de temps, j’avais sous entendu qu’il y aurait des nouveautés après Noël… Noël est passé, je ne les prévoyais pas si tôt mais je suis vraiment trop pressée, et vu que je suis malade, aphone et donc incapable de réviser, je me suis dit que j’avais bien le droit d’enfreindre ma pause (attribuée par moi-même donc j’ai tous les droits !)
    Voilà donc cette « surprise » (je ne sais pas si je peux appeler ça comme ça, si elle vous fait plaisir c’est que ça en est une ^^). J’ai à nouveau une tablette graphique, puisque mon ancienne m’a quitté il y a 4 ans environ, et depuis c’est le pad qui me servait à dessiner. Vous en conviendrez que ce n’est vraiment pas pratique…
    Alors voilà, pour 2013, j’ai envie de faire quelque chose que j’aime, et d’apporter encore plus de moi-même ici. Du coup, de temps à autre je ferai ce genre de strips, plus ou moins court, tout dépendra de mon inspiration, du thème, etc…
    En tout cas, j’espère que ça vous plaira, n’hésitez pas à réagir, à donner vos impressions, me dire ce que vous aimez ou non, pour me permettre d’évoluer et d’approfondir ce nouveau genre que je n’ai au final jamais eu l’occasion de travailler réellement, j’ai encore à progresser beaucoup mais ma passion première étant quand même le dessin, je suis ravie de pouvoir vous présenter ce premier essai :)

     

  • Partir ailleurs

    J’ai écrit ce billet depuis 1 semaine, en attendant de voir si j’aurai autre chose à y ajouter, mais finalement non, alors le voilà aujourd’hui.

    Ça fait déjà quelque mois, mois qui d’ailleurs se sont transformés en années, que je songe à partir ailleurs. Pas pour y passer des vacances mais pour y vivre, m’y installer, y construire quelque chose. Il y a 3 ans environ, je pensais à cette possibilité qui est de pouvoir avoir un visa travail/vacances pour passer 1 an en Australie, j’y pense encore, peut être pas en Australie, mais autre part.

    En étant abonnée à quelque blogs d’expatriées d’ici et d’ailleurs, l’envie est toujours un peu plus importante, parce que je sais que c’est possible pour d’autres, alors pourquoi pas pour moi ?

    C’est en lisant l’article de Lili au pays des Merveilles que ça m’y a fait penser encore un peu plus et que j’ai eu envie d’en parler un peu, pour pouvoir échanger avec vous à ce propos, peut être vous lire parler de vos propres expériences et ainsi avoir un peu plus de recul sur cette envie un peu folle (quoique naturelle je pense, donc pas si folle).

    Je suis jeune, je n’ai même pas 20 ans puisque je ne les aurai qu’en Décembre prochain, mais pourtant j’y pense de plus en plus. J’aime où je vis, j’aime Rennes et j’aime mon environnement, mais au fond de moi j’ai l’impression que j’ai besoin de peut être un peu plus, de nouveautés et d’ailleurs. J’ai pu vivre en montagne, à Lyon et en Bretagne, donc j’ai vu d’autres choses, et d’autres endroits.

    Mais être en France ne suffit plus.

    Pourtant je ne suis pas du genre aventurière, je suis même plutôt casanière voire carrément pantouflarde. J’aime sortir de chez moi mais j’aime encore plus y revenir. Mais peut être que c’est ça, je suis bien où je suis parce que c’est en France, mais pas totalement, aller ailleurs ne serait peut être pas plus mal. Je n’y pense pas tant que ça parce que je sais que je dois étudier, avoir un certain recul au niveau professionnel et surtout, un bagage assez gros pour avoir le droit de penser faire autre chose et avoir le droit de boucler une autre valise. Au fond de moi, il manque quelque chose, peut être que c’est ça. Et tant que je n’aurai pas essayé, je ne saurai pas.

    Mon projet professionnel n’est pas encore établi, je ne sais pas quoi faire, où aller, dans quoi, mais j’aimerai trouver quelque chose, comme tout le monde, qui ferait que je puisse être un peu plus épanouie. Pourquoi pas au delà des frontières de mon pays ? Je sais bien qu’ailleurs n’est pas forcément mieux, mais l’ailleurs est différent et ne peut que m’apporter plus de choses. Je suis comme beaucoup de personnes, le continent Américain me fait rêver. Ayant pu le parcourir 2 fois quand j’étais plus petite, il ne m’est pas totalement inconnu mais évidemment un peu embelli puisque ce n’était que des vacances. Ne dit on pas « qui ne tente rien n’a rien » ? Alors certes, dans ce cas là, tenter ne coûte pas rien, financièrement parlant, coûte peut être un peu aussi moralement mais j’ai envie de pouvoir essayer un jour.J’ai aussi pu voyager dans différents endroits, 2 fois au Québec, en faisant un détour par le Vermont aux Etats Unis, deux fois en Allemagne, un détour en Espagne, en Angleterre puis en Irlande. J’ai vu quelques lieux du coup, pu comparer, voir des paysages nouveaux, des couleurs et des modes de vie.

    Petite, j’étais fascinée par l’Angleterre, je ne sais pas trop pourquoi, mais tout ce qui était anglais était pour moi la « perfection absolue ». Je crois que c’est ça, le charme anglais. J’ai pu visiter Londres et ça s’est confirmé, là bas c’est chouette, mais c’est encore trop près, j’ai besoin de plus qu’une simple mer, j’ai besoin d’un océan. 
    Mais je ne suis pas toute seule, je suis très attachée à mes proches et comme beaucoup de monde, il est difficile de songer à partir en ne faisant pas attention à ceux qui nous entourent. J’espère pourtant qu’un jour, j’aurai l’occasion d’aller vivre 1 an, 2 ans ou même peut être plus ailleurs, réapprendre une manière de vivre, une culture, approfondir peut être mon anglais et me sentir un peu étrangère quelque temps.

    Je me dis souvent qu’au final je n’ai pas réellement de rêve. Mais en y pensant bien, c’est peut être ça mon unique rêve, pouvoir partir vivre autre part et découvrir autre chose, ne pas ressentir de vide et ne surtout pas avoir de regrets. C’est bête mais au final oui, la vie est courte, je veux bien me priver de beaucoup de choses mais pas de toutes. Alors je me laisse rêver à ça, et puis je verrai bien. De toute façon j’ai encore le temps, et puis je n’ai pas forcément envie que ça arrive tout de suite, je n’ai pas encore assez d’expérience pour ça.

    Est-ce que vous avez déjà eu cette occasion, pendant 1, 2 ou plus d’années ?
    Ou est-ce que vous aimeriez vous la donner, cette occasion ?